Stanislas Leszczynski

Ecole française, portrait de Stanislas, 18e siècle © Musée du Château de Lunéville, Thierry Franz
Ecole française, portrait de Stanislas, 18e siècle © Musée du Château de Lunéville, Thierry Franz

 

Rien ne prédestinait ce roi déchu du trône de Pologne à devenir le dernier duc de Lorraine. Après une existence mouvementée, faite d'exil et d'errance, Lunéville s'impose à lui comme un havre de paix, où il peut donner la pleine mesure de son tempérament de prince humaniste et généreux.

Stanislas naît le 20 octobre 1677 dans une ville de l’actuelle Ukraine. Après avoir été élevé auprès de sa mère Anna, il part à Leszno en Pologne et suit un enseignement fondé sur les sciences, les mathématiques, la littérature et les langues. Il entreprend ensuite un voyage à travers toute l’Europe. A son retour, il épouse en 1698 Catherine Opalinska. En 1704, il est élu roi de Pologne, mais le contexte politique tendu l’oblige dès 1709 à renoncer au pouvoir.

Commence alors une période aventureuse, qui le mène jusqu’en territoire turc. Stanislas ne retrouve une situation stable qu’avec le mariage de sa fille Marie Lezsczynska avec Louis XV en 1725. C'est ce nouveau statut de beau-père du roi de France qui lui vaut d'être choisi par ce dernier pour devenir en 1737 duc de Lorraine, un Etat qui vient d'abandonner son souverain légitime François III.

Stanislas ne détient en réalité qu’une apparence de pouvoir. S’il possède dans ses appartements de Lunéville une salle du trône, il ne prend pas les décisions politiques. Cette mission revient à son chancelier : Chaumont de La Galaizière. 

Stanislas saura se faire apprécier des Lorrains grâce générosité et à l'établissement de fondations charitables. Il soutient également le développement des arts. Avec son architecte Emmanuel Héré, il embellit Nancy en créant l’actuelle place Stanislas - classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. A Lunéville, les jardins s’enrichissent sous son action, de pavillons souvent exotiques dédiés aux réjouissances de la cour.

En février 1766, il est gravement brûlé par sa robe de chambre qui prend feu au contact de la cheminée. C’est à la suite de ces blessures qu’il meurt le 23 février 1766. La Lorraine devient définitivement française. L’une des premières actions de Louis XV est de faire du château de Lunéville une caserne, une fonction peu compatible avec les fantaisies voulus par Stanislas qui sont alors détruits...